Tout
Livres
Auteurs
Actualités
Recherche Annuler Annuler Recherche Druide
Druide
© Maxyme G. Delisle

Florence Meney

L’encre mauve

Qu’est-ce qui fait qu’une personne civilisée, élevée à aimer ses semblables, bascule un jour dans la manipulation, la malfaisance, le crime? Ce roman policier de Florence Meney nous plonge dans les eaux glauques de l’âme humaine et de la tentation de nuire. Alors que le Mal brutal, évident, galvanise l’opinion publique sous les traits d’un tueur abject, d’autres figures plus subtiles de la perversité s’éveillent à leurs sombres desseins…

Résumé

Quand le patron et mentor de Laura, le vieil éditeur Aurélien Laflèche, passe soudainement l’arme à gauche, l’univers de l’éditrice quadragénaire vole en éclats. Le successeur est un jeune tyran sans esprit qui menace l’intégrité de la maison. La tension monte quand Laura reçoit d’un élégant juge à la veille de la retraite un manuscrit dont les pages inquiétantes finiront par l’habiter. Que cherche au juste ce magistrat qui préside un procès retentissant? Et l’homme qu’il juge, qui a massacré sa famille, mérite-t-il toute cette haine que lui crache au visage un Québec horrifié, galvanisé par les médias? Comme le constateront les deux inspecteurs de la Brigade des crimes majeurs amenés à se pencher sur l’écheveau complexe des relations unissant les protagonistes, la mort rôde, omniprésente. Qui sait où elle frappera encore?

L’auteure

© Maxyme G. Delisle

Florence Meney est journaliste, essayiste, romancière et depuis peu, nouvelliste. Écrire est pour elle un besoin vital : le clavier fait partie intégrante de sa vie. Enfant et adolescente à l’imagination débridée, elle s’amuse à fréquenter les Hitchcock, Bradbury, Buzzati et Gripari de ce monde. Son plus récent roman, L’encre mauve, met en scène un couple : lui est journaliste, elle, éditrice. Florence a participé aux recueils collectifs de nouvelles Crimes à la librairie et Comme chiens et chats. Son premier recueil individuel, La mort est ma maison, provoquera à n’en pas douter, des frissons à ses lecteurs.

Roman policier
350 pages
Collection : Reliefs
Dimensions : 15,2 x 23 cm
Paru le 25 mars 2015
Papier
ISBN 978-2-89711-192-2
26,95$
Numérique - EPUB
ISBN 978-2-89711-193-9
18,99$
Numérique - PDF
ISBN 978-2-89711-194-6
18,99$

Ils ont aimé

« Allez, ne ratez pas cette chance, la lecture en vaut vraiment la chandelle.  »

- Christophe Rodriguez, Le Journal de Montréal

« Une auteure à suivre…  »

- Norbert Spehner, La Presse+

« Elle a une écriture très riche, c’est quelqu’un qui a du style. Elle a cette façon de décrire les lieux, de tout ce qui se passe autour, qui est quelque chose d’intense, de très personnel.  »

- Patricia Powers, ICI Radio-Canada Estrie

« Un livre plein de frissons qui vous fera oublier la canicule.  »

- Hélène-Lise Trudeau, TV Hebdo

« L’encre mauve est un polar avec une intrigue captivante que je vous recommande fortement.  »

- Jules se livre blogue

« Quel plaisir de découvrir une auteure québécoise aussi talentueuse! Un polar psychologique trempé au cœur de l’actualité, de très nombreuses réflexions sur le monde journalistique, de juges, d’avocats, de meurtres qui nous plongent totalement au cœur de l’âme humaine. J’ai été envoûtée par la qualité de son style et de son écriture exceptionnelle. Un plaisir de la phrase bien faite qui crée l’émotion d’une belle image. Lire ce livre, c’est vraiment se faire un plaisir!  »

- Le Club des Irrésistibles

« L’histoire est tissée habilement, les choses n’ont pas paru tirées par les cheveux, et la plume fluide et imagée sert parfaitement l’histoire. […] Une auteure dont j’aime beaucoup la plume et que je suivrai forcément. »

- Mon coin lecture blogue

« En plus d’être un très bon polar et un thriller psychologique haletant, L’encre mauve est une porte ouverte sur les salles de rédaction et les couloirs des palais de Justice, grâce au passé de journaliste de Florence Meney, ce qui en fait aussi un excellent roman policier […]. Cependant, ce qui caractérise le plus ce roman de Florence Meney, c’est la qualité de sa plume, la richesse de son style et son écriture fluide.  »

- Polar, noir et blanc blogue